Photo CHUB
FRNLEN

>>Manuel de l'anticoagulé : interactions particulières

Anticoagulé

Régime alimentaire|Médicaments qui interfèrent|Vaccins|Médicaments autorisés

>>Manuel de l'anticoagulé : sommaire.


Le régime alimentaire

Le patient anticoagulé doit se nourrir de façon équilibrée en évitant les excès.
Vu que les anticoagulants oraux sont des anti-vitamine K, il ne faut donc ni augmenter ni diminuer la quantité habituelle de vitamine K dans l’alimentation et garder une alimentation équilibrée et variée.
Les aliments qui fermentent ( choux, choux-fleur, brocoli, choux de Bruxelles, chocolat, châtaignes, massepain ) ont la caractéristique de former plus de vitamine K dans l’intestin, et il faut donc diminuer leur consommation.
Pour les même raisons, il ne faut pas boire de bière. Il faut également consommer le vin et tout autre boisson alcoolisée avec modération car l’alcool est métabolisé par le foie comme les anticoagulants oraux et pourrait alors provoquer des effets indésirables.

Note : le tabac est riche en vitamine K, et pourrait alors freiner les effets des anticoagulants en plus de ses effets nocifs bien connus pour la santé.

^

Les médicaments qui interfèrent avec les anticoagulants oraux

Comme nous l’avons déjà souligné précédemment, vous ne devez pas prendre de nouveaux médicaments sans l’accord de votre médecin. Si votre médecin introduit un nouveau médicament dans votre traitement, il vous fera faire un contrôle de votre niveau d’anticoagulation pour adapter , si nécessaire, les doses de Sintrom.
Les listes reprises ci-dessous reprennent les interactions qui revêtent un intérêt clinique.

Les médicaments suivants augmentent l’effet des anticoagulants oraux :

  • L’Aspirine (acide acéthylsalicylique) et ses dérivés.
  • Les anti-inflammatoires non stéroïdiens : la phénylbutazone et autres dérivés des pyrazolones.
  • Le zyloric (allopurinol)
  • Stéroïdes anabolisants
  • Androgènes
  • Anti-arythmiques (amiodarone, quinidine).
  • Antibiotiques : érythromycine, tétracyclines et chloramphénicol et néomycine par exemple.
  • Les dérivés de l’imidazole : miconazole (même administré localement) et métronidazole
  • Hypolipémiants : acide clofibrique.
  • Disulfiram (antabuse)
  • Acide éthacrynique
  • Antiulcéreux : inhibiteurs des récepteurs histaminiques H2
  • Antiacides : hydroxyde d’aluminium
  • Antidiabétiques oraux.
  • Antiarythmiques :. Il est important de voir quand il faut initier ou suspendre le traitement avec l’amiodarone pour ajuster la dose.
  • Hormones thyroïdiennes.
  • La prise aigue d’alcool.

Les médicaments qui freinent les effets des anticoagulants oraux :

  • Hypolipémiants : cholestyramine,
  • Antiépileptiques : les barbituriques et la carbamazépine
  • Antituberculeux : rifampicine, qui oblige à quadrupler la dose d’anticoagulants
  • Aminogluthétimide
  • Contraceptifs oraux
  • Diurétiques thiazidiques
  • Autres : médicaments comprenant de la vitamine K, aliments contenant de la vitamine K, la prise chronique d’alcool

^

Les vaccins

Un patient anticoagulé doit, comme tout le monde, se faire vacciner mais avec certaines précautions.

Vaccin anti-grippe :

Il sera administré à toute personne à risque ( plus de 60 ans,    ), surtout si elle a une valve cardiaque malade ou artificielle ou si elle souffre d’une cardiopathie dilatée.

Vaccin anti-tétanos :

Tous les patients qui vivent et travaillent à la campagne ou qui courent le  risque de se blesser avec du matériel contaminé doivent se faire vacciner.

Le vaccin est administré en sous-cutané. Pour être protégé, il faut faire les trois injections : la première ; la deuxième un mois plus tard ; la troisième un an après. Pour avoir un effet permanent, il faut faire un rappel tous les cinq ans.

Si le patient anticoagulé contracte une blessure dangereuse ou s’il court un danger de contracter le tétanos et qu’il n’est pas vacciné, il faut lui administrer un vaccin antitétanique bien qu’il s’agisse d’un vaccin intra-musculaire, ensuite il faut bien appuyer sur la zone pour éviter un hématome. Le risque de développer le tétanos est beaucoup plus grave que le risque de paralysie du sciatique.

Autres vaccins :

La décision est prise par le médecin généraliste ou le médecin spécialiste, et en cas de doute, interroger le médecin responsable de l’anticoagulation.

^

Les médicaments autorisés

Les médicaments indiqués ci-après peuvent servir de guide seulement dans les cas où on ne peut contacter le médecin.

Pour les douleurs : paracétamol ou métamizole

Les douleurs articulaires chroniques répondent bien à l’application de chaleur et aux massages avec des anti-inflammatoires sur la zone concernée.

Si la douleur est viscérale, comme la douleur abdominale, on peut utiliser le métamizole ou un spasmolytique des fibres lisses après avoir contacté son médecin.

En cas de fièvre, on peut utiliser du paracétamol avec l’application de compresses froides. Le dosage doit être inférieur à 1500 mg / j.

NB : il ne faut pas utiliser des médicaments qui sont des associations car ils pourraient présenter plus facilement une interaction avec l’anticoagulant.

La diarrhée peut être due à de multiples causes : changement d’eau, abus de fruits riches en eau et en sucre, si on boit du lait après une période d’abstinence. Dans tous les cas, le traitement consiste en la prise d’eau en bouteille, d’une réduction de l’ingestion de fruits et de dérivés lactés comme le yogourt.
Le traitement de la diarrhée consiste en une diète durant un jour si les selles sont très abondantes et liquides, pour laisser le temps à l’intestin de se vider et de se reposer. S’il y a plus de six selles très liquides, il faut prendre un inhibiteur de la motilité intestinale, et ce à raison d’un comprimé après chaque selle liquide.
Il est également important de compenser les pertes liquidiennes en buvant énormément. Il est possible de préparer à domicile 1.5 litres de boisson à base d’une cuillère à café de sel, une de bicarbonate, une de sucre et le jus d’un citron.
Dans tous les cas il faut prévenir le médecin qui peut vous indiquer le meilleur traitement et la nécessité de réaliser une prise de sang de contrôle.

^