Photo CHUB
FRNLEN

>>Soigner les escarres

Cicatrisation en milieu humide|Préparation du lit de la plaie|Guérison

>>Les escarres : comprendre, prévenir, soigner.


Le principe de la cicatrisation en milieu humide

Le principe est simple : pour bien cicatriser, une plaie doit rester dans un milieu humide, ni trop, ni trop peu. Les études de Winter (1962) démontrent l’intérêt de la cicatrisation en milieu humide occlusif (fermé de manière hermétique) et sont à la base du développement actuel des techniques de soins de plaies.
L’exsudat (la plaie "suinte" et produit un liquide naturel) qui existe dans la plaie est riche en éléments nécessaires à la cicatrisation. L'exsudat au contact de la plaie va participer à la détersion (grâce aux lymphocytes T, monocytes, polynucléaires qu'il contient) et à la reconstruction tissulaire (grâce à des facteurs de croissance).

Les pansements et le milieu humide

Si la plaie est sèche, il faut lui apporter de l’humiditéSi la plaie est trop humide, la mise en place d’un pansement permet d’absorber les excédents d’humiditéSi la plaie est sèche, il faut lui apporter de l’humidité en mettant un pansement humide. Si la plaie est trop humide, la mise en place d’un pansement permet d’absorber les excédents d’humidité tout en maintenant le milieu humide favorable à la cicatrisation.

Le dessèchement est nocif pour la cellule vivante ; de plus, les pansements desséchés arrachent les couches des nouvelles cellules. Le principe est donc important : maintenance de l’humidité 24h/24h.

Un pansement peut rester en place plusieurs jours. Ne pas changer un pansement tous les jours n’est pas une erreur d’hygiène. Au contraire, changer un pansement trop souvent n’est pas bon pour la plaie. A chaque fois, elle subit une agression extérieure (froid, assèchement, frottement,…). Laisser en place un pansement trop longtemps n’est pas bon non plus, car la peau macère et la plaie « étouffe » sous les exsudats.

En pratique

Les plaies sont nettoyées au Sérum Physiologique, en tamponnant sans agresser les bourgeons et sans sécher la plaie.
Bien fixer le pansement et le changer quand il est sale, saturé ou quand il ne tient plus (maximum 7 jours).

Il y a toujours des germes dans une plaie

Dans une plaie, il y a des germes, des bactériesDans une plaie, il y a des germes, des bactéries. En petite quantité, ils ne sont pas nocifs à la cicatrisation, c’est pourquoi on évite d’utiliser des antiseptiques (désinfectants)  et que tous les pansements sont neutres.

Au cas où la plaie s’infecte et dans le cas où les germes deviennent plus nocifs comme en milieu hospitalier par exemple, on peut utiliser des antiseptiques comme la polyvidone qui ne crée pas de résistance.
L’éosine n’est pas un désinfectant et sa couleur rouge camoufle la plaie : à ne pas utiliser ! 

^

Préparation du lit de la plaie

Préparer le lit de la plaie consiste à mettre en œuvre toute une série de mesures qui permettent de favoriser la cicatrisation de cette plaie.

Elimination de la cause

Même s’il existe une plaie, il faut continuer à être attentifs à lever la pression, source majeure de l’apparition et du développement des escarres.

Préparation du lit de la plaie

Pour favoriser la cicatrisation, il faut être attentif à ce que la plaie se cicatrise dans de bonnes conditions :

  1. Nettoyage de la plaie : Bien laver la plaie est important pour éliminer les bactéries excédentaires ou les tissus nécrotiques. On doit laver une plaie simplement à l’eau ou au sérum physiologique.
  2. Suppression des tissus morts ou nécrosés : Il faut que la plaie se nettoie le plus rapidement possible pour laisser la place aux nouveaux tissus (différents types de pansements).
  3. Contrôle des exsudats : Il faut que la plaie ne soit ni trop sèche, ni trop humide (différents types de pansements).
  4. Réduction de la charge bactérienne : On sait qu’il existe des germes dans une plaie, et qu’en quantité faible, il ne perturbent pas la cicatrisation. En quantité trop importante, ils risquent de freiner la cicatrisation. Alors, et seulement alors, les antiseptiques (désinfectants) sont utiles.

Fixer convenablement le pansement

Plus le pansement reste longtemps en place, plus il sera efficacePlus le pansement reste longtemps en place, plus il sera efficace. Un œil professionnel pourra évaluer le moment où le pansement doit être changé car il n’est plus efficace. Il doit être régulièrement observé mais il faut veiller à ce qu’il tienne bien sans blesser la peau autour.

Il existe différents type de moyen de fixation en fonction de la localisation, de la fragilité de la peau et de la circulation. On peut utiliser :

  • des films transparents
  • des plaques de type « seconde peau » (= hydrocolloïdes)
  • des pansements adhésifs
  • des bandes élastiques

^

La guérison

Eviter les autres escarres :

Mettre du matériel de prévention et changer les positions pour éviter que des escarres n’apparaissent aux autres endroits.

Les pansements :

Demander des conseils adéquats pour le choix du pansement. Ne pas changer trop souvent le pansement, ni trop varier le type de traitement.

L’alimentation :

Les calories, les protéines, les vitamines, le Zinc, le fer, sont extrêmement importants pour la guérison de la plaie. Soyez attentif à ce que le patient mange bien.

La cicatrice :

Une plaie fermée est toujours en phase de cicatrisation et donc, plus fragile qu’une peau saine. Soyez attentif à la protéger et à ne pas la léser (matériel de prévention, pansement protecteur, crème hydratante).

^