Photo CHUB
FRNLEN

>>Scintigraphie osseuse

Scintigraphie osseuseLa scintigraphie osseuse est fréquemment utilisée pour la recherche de métastases de diverses néoplasies. Vu sa haute sensibilité, elle est fréquement le premier signe d’un envahissement du squelette par le cancer. D’autre part, elle peut être utilisée pour diagnostiquer des tumeurs osseuses primitives. Cependant, celles-ci se développent principalement chez l’enfant et l’adulte jeune.

En cas de maladie du métabolisme osseux, plusieurs signes typiques rendent la scintigraphie hautement caractéristique (image de « superscan »).

En cas de problème vasculaire, une scintigraphie osseuse trois phases incluant une phase vasculaire dynamique, suivie d’une phase de plateau (pool) et enfin une phase statique apportent une information essentielle concernant la vascularisation d’un membre pathologique, la présence d’une éventuelle inflammation et enfin celle d’une algodystrophie, complication fréquente de nombreux traumatismes. De plus, la radiographie ne démontrant pas toujours de manière claire la présence d’une fracture, d’un traumatisme dû au sport ou d’un déscellement de prothèse, la haute sensibilité de la scintigraphie osseuse est également utile en ces circonstances.

Enfin, des traceurs tels que le Gallium, les globules blancs marqués et les immunoglobulines humaines sont utiles dans la démonstration des processus inflammatoires, infectieux et permettent aussi le diagnostic différentiel entre arthrose et arthropathie inflammatoire. Certains traceurs, tel l’Ytrium peuvent aussi être utilisés dans la thérapie des pathologies articulaires inflammatoires.

Précautions

Le temps entre l’injection et la scintigraphie osseuse est de +/- 3heures.
La captation osseuse est maximale après deux heures. Le temps entre l’injection et la scintigraphie doit être au minimum de deux heures.

Le radiopharmaceutique est excrété par le rein, aussi, pour minimiser l’irradiation de la vessie, le patient est prié de boire abondamment. Pour bien visualiser la région du bassin, il est invité à uriner avant l’examen.

Radiopharmaceutiques

  • Les biphosphonates marqués au 99mTc (99m Technetium) sont les plus utilisés. La dose d'énergie délivrée au patient adulte est de 740 MBq (20 mCi).
  • Hydroxyethylene diphosphonate (EHDP).
  • Methylene diphosphonate.
  • Hydroxymethylene diphosphonate.

Agents alternatifs :

  • 67 Ga (67 Gallium), leucocytes marques, immunoglubulines humaines, traceurs utilises pour l’inflammation et l’infection, quand la scintigraphie osseuse standard est positive.

Documents au format PDF :

>>Atlas de l’imagerie fonctionnelle en médecine nucléaire.