Photo CHUB
FRNLEN

>>Elie Lambotte (1856-1912)

Buste sculpté du Dr Elie Lambotte (auteur : Jules Lagae)

Né à Namur en 1856, Elie Lambotte, chef de service de Chirurgie à l’Hôpital de Schaerbeek et frère du célèbre orthopédiste anversois Albin Lambotte, est le premier chirurgien au monde à avoir traité les fractures obliques du tibia au moyen de vis, à la fin du XIXe siècle. Il a également été un précurseur en chirurgie de l’estomac et de la vésicule biliaire. Il avait la réputation d’être un clinicien et un opérateur audacieux et très efficace.

Elie Lambotte travaillait à l'hôpital de Schaerbeek, traitant les fractures obliques du tibia par la réduction à foyer ouvert et fixation par "suture métallique" ou par vis. Malgré de bons résultats, son travail suscita d’abord le rejet quasi unanime de ses pairs. Il n'eut de suite que par l'influence qu'il exerça sur son jeune frère Albin, qu'il avait accueilli comme interne.

Albin Lambotte (1866–1955), benjamin d'une famille de 7 enfants, n'avait que 7 ans quand leur père mourut accidentellement. Esprit très éveillé et très curieux, admirablement doué, il suivait ses frères dans leurs études. Son frère aîné Elie exerça sur lui une très grande influence. Sur ses conseils, poussé par son exemple, Albin Lambotte fit des études de Médecine à 1'ULB, d'où il fut diplômé en 1891.

Les deux frères travaillèrent côte à côte de 1886 à 1890. On rapporte qu'ils expérimentèrent le traitement des fractures sur l'animal. Ce sont les idées de son frère Elie qu'Albin, devenu en 1900 chef de service de chirurgie à l’Hôpital du Stuyvenberg à Anvers, développa ensuite sous le nom d'ostéosynthèse. Inspiré par l’esprit pionnier d’Elie, Albin introduisit dans la pratique chirurgicale une série d’instruments et de méthodes inventives pour favoriser la réparation de divers types de fractures au moyen de plaques métalliques, de fixateurs externes, de vis et de clous.

En 1907, Albin Lambotte publia son livre : “L’intervention opératoire dans les fractures récentes et anciennes envisagée particulièrement au point de vue de l’ostéosynthèse”. Ce travail présentait un grand nombre d’observations cliniques, avec contrôles radiographiques et monitoring précis des étapes de la guérison. Il y rapportait le traitement réussi de 187 patients, en ne déplorant que deux décès dans cette série. Albin Lambotte avait aussi une conception très moderne de la remise en mouvement précoce après une intervention chirurgicale, pour prévenir la fonte musculaire. Les principes des frères Lambotte étaient simples et très stricts : asepsie rigoureuse, réduction anatomique parfaite, et immobilisation des fractures.

Le Docteur Elie Lambotte s’illustra aussi en déposant plusieurs brevets en Europe et aux Etats-Unis, décrivant notamment ses découvertes innovantes pour le design de lits orthopédiques et de matelas prévenant la formation d’escarres. Il publia plusieurs monographies, notamment sur le traitement chirurgical des affections gastriques.

Il fut en outre conseiller communal à Schaerbeek de 1895 à 1902, et a été à l’origine de la création d’un nouveau service communal d’hygiène publique. Dans son esprit, il s’agissait là de coordonner tous les efforts consentis par la commune en matière d’hygiène publique, afin de réaliser l’unité de direction et de méthode dans l’action.

Il disparut prématurément, en 1912, à l’âge de 56 ans.

Son nom est désormais associé à la nouvelle aile du CHU Brugmann sur le site Brien.

>>En savoir plus sur l'histoire du CHU Brugmann.