Photo CHUB
FRNLEN

>>Hémato-oncologie

La clinique assure la prise en charge d'affections hématologiques lourdes comme les leucémies...

Il y a quelques dizaines d'années, c'est à Brugmann que le professeur Naets découvrait l'érythropoïétine et révolutionnait définitivement l'hématologie. Forte de cette expérience, la prise en charge des affections hématologiques, qu'elles soient malignes (leucémies, lymphomes, myélomes,...) ou non (hémoglobinopathies, troubles de la coagulation,...) s'est considérablement développée et diversifiée.

Les tumeurs solides également, telles que le cancer du sein, du poumon, du colon et du rectum, de la prostate, pour ne citer que les néoplasies les plus fréquentes, bénéficient au CHU Brugmann des mêmes avancées diagnostiques et thérapeutiques grâce à une prise en charge multidisciplinaire personnalisée. La prise en charge de ces affections néoplasiques s'inscrit dans un programme thérapeutique complet développé au sein du réseau IRIS, garantissant aux patients les traitements les plus adaptés.

La clinique d'Hémato-Oncologie inscrit également dans ses objectifs le projet HOPE (Hemato-Oncology Project for Excellence) afin d'offrir aux patients un programme complet de prise en charge globale dans un cadre agréable et accueillant à dimensions humaines, en mettant l'accent sur la qualité de vie. Les projets "Multiculturalité" (accompagnement multiculturel du patient et de sa famille en hémato-oncologie) et "Soins esthétiques" y sont notamment rattachés. Les traitements symptomatiques de confort sont assurés dans un souci constant de respect des volontés des patients.

Hématologie

L'hématologie est une branche de la médecine spécialisée dans les maladies du sang.

On retrouve dans les pathologies touchant la production de globules rouges les anémies, qui peuvent avoir des causes très diverses, comme une hémorragie ou une drépanocytose. Toutes les lignées sanguines sont parfois touchées : la leucémie par exemple, qui est une production anarchique de globules blancs non matures, empêche également la production normale de globules rouges et de plaquettes, et va donc entraîner à la fois une baisse de l'immunité, une anémie et une hypoplaquettose.

Les leucémies et les lymphomes (prolifération cellulaire au niveau des tissus lymphoïdes, le plus souvent des ganglions lymphatiques) ont, comme les cancers solides, un traitement par radiothérapie et/ou par chimiothérapie. Ce sont donc des maladies à mi-chemin entre hématologie et cancérologie.

Oncologie

L'oncologie est la spécialité médicale qui s'occupe des cancers. Les cancers se définissent comme une production désordonnée des cellules. Tous les types de cellules peuvent être touchés par cette prolifération anarchique. Il y a donc de nombreuses formes de cancers. Leur cause peut être environnementale, virale, héréditaire... ou rester inconnue. C'est pourquoi les médecins insistent beaucoup sur la notion de prévention.
Le cancer reste en effet l'une des causes de décès les plus importantes dans la société européenne. Pourtant, de très nombreux cancers peuvent être prévenus en limitant les agressions contre notre organisme (Cf. Code européen contre le cancer).

Si on suspecte un cancer chez une personne, il est primordial de faire un bilan complet, les cancers possédant la particularité de se développer dans un seul organe ou de s'étendre à travers le réseau sanguin ou lymphatique. Un dosage de marqueurs spécifiques révèlera, par une simple prise de sang, si le cancer est actif ou peu actif, et des examens complémentaires permettront de visualiser directement l'étendue de l'atteinte. Ce bilan d'extension est nécessaire pour déterminer le plan de traitement le plus adapté.

Le traitement des cancers est fonction du type et de l'importance de l'atteinte, et de l'état du patient. Les trois grands traitements, nécessitant une discussion préalable entre le chirurgien, le radiothérapeute et l'oncologue, sont :

Il existe également d'autres traitements, comme l'immunothérapie ou l'hormonothérapie, plus rarement utilisés car très spécifiques (l'hormonothérapie est utilisée pour les cancers "hormono-dépendants", tels les cancers du sein ou de la prostate).