Photo CHUB
FRNLEN

>>Cathéter veineux central (port-à-cath)

Port-à-cathPour assurer au mieux la réalisation de votre traitement de chimiothérapie dans les conditions de sécurité et de confort maximal, votre médecin a prescrit la mise en place d'un cathéter veineux central, ou port-à-cath.

Un cathéter est un tube fin biocompatible de 1 à 2 mm de diamètre et d'une vingtaine de centimètres de long, qui permet l'administration intraveineuse de toutes sortes de médicaments qu'on ne peut perfuser dans les veines superficielles de la main, de l'avant-bras ou du bras. Il se termine dans les veines profondes de l'organisme dans une région où le courant sanguin est important.

Le port-à-cath est un cathéter totalement implanté sous la peau dont l'extrémité proximale est raccordée à un petit boîtier (chambre) placé sous la peau. Cette chambre comporte un site d'injection sous-cutané qui permet les perfusions et les prélèvements sanguins. A chaque utilisation, il faut piquer la peau pour accéder à la chambre. Ce type de cathéter ne nécessite pas de pansement : les bains et les douches sont autorisés après cicatrisation complète (environ deux semaines).

L'intervention en elle-même est pratiquée sous anesthésie locale. Il n'est pas obligatoire d'être à jeun mais il est conseillé de ne pas trop manger quelques heures avant. Les traitements anti-coagulants seront temporairements arrêtés en prévision de cette intervention. Il est important de signaler aux membres de l'équipe soignante tout traitement particulier (anti-hypertenseur, anti-diabétique oral, antalgique, antibiotique, etc...) et toute allergie connue (iode, médicament...).
La mise en place du cathéter se fait par un médecin entraîné à ces techniques. Elle se déroule au bloc opératoire dans des conditions d'asepsie chirurgicale. Après anesthésie locale de la peau, une ponction d'une veine de la base du cou ou du thorax est réalisée pour introduire le cathéter dans la veine choise. La sortie du cathéter (l'émergence) sera placée à distance du point d'introduction du cathéter dans la veine : c'est la tunnélisation sous-cutanée. Une radio de contrôle est faite systématiquement après la mise en place, afin de vérifier la position exacte de l'extrémité du cathéter et l'absence de complications immédiates.

Le bon fonctionnement de votre cathéter dépend de la qualité de son entretien en respectant rigoureusement les règles d'hygiène et d'asepsies très strictes. Le retrait de votre cathéter se fera sur avis médical au bloc opératoire à la fin du traitement.

Effets indésirables

Malgré l'entraînement des équipes et les précautions prises lors de la mise en place de ce type de matériel, des incidents et accidents peuvent survenir au cours ou à distance de l'intervention.

Incidents mineurs :

  • douleur de la région cervicale et/ou sur le trajet sous cutané du cathéter, gêne à la déglutition ; ces effets désagréables peuvent persister pendant un à deux jours après l'intervention, et ils seront traités par la prise de médicaments antalgiques
  • ecchymose ou hématome au niveau du cou et/ou sur le trajet sous cutané du cathéter, qui disparaîtront en quelques jours

Complications au moment de la mise en place du cathéter (exceptionnelles) :

  • réaction allergique à un des produits utilisés
  • mauvaise position du cathéter
  • pneumothorax
  • embolie gazeuse
  • lésion nerveuse
  • rupture d'une partie du cathéter

Complications tardives (exceptionnelles) :

  • obstruction de la lumière du cathéter ou de la chambre
  • thrombose de la veine dans laquelle se trouve le cathéter
  • infection locale ou généralisée liée au cathéter
  • désunion de la cicatrice

>>En savoir plus sur la clinique d'Hémato-Oncologie.