Photo CHUB
FRNLEN

>>Clinique du jeu pathologique Dostoïevski

Dostoïevski, l'auteur du 'Joueur'

La clinique du jeu pathologique Dostoïevski assure, depuis 20 ans, une consultation spécialisée pour le traitement des joueurs pathologiques dans le cadre du service de Psychiatrie et de Psychologie médicale. Créée à l'initiative du Professeur Isidore Pelc, elle s'est progressivement développée pour répondre aux besoins de la population. Une équipe spécialisée a pu ainsi se mettre en place et permettre un développement de la clinique du jeu au niveau de la prise en charge, de la prévention, et de la recherche.

L'aide individuelle aux personnes dépendantes aux jeux de hasard et d'argent a rapidement mis en évidence la nécessité d'initier des traitements pluridisciplinaires : assistance psychologique, sociale, médicale, mais aussi familiale. Les joueurs à problèmes peuvent bénéficier, outre de suivis individuels, de thérapies de groupes, d'hospitalisation en centre de jour, voire d'une hospitalisation pour une cure de « désintoxication » à leur dépendance.

S'est aussi mise en place une aide aux proches des joueurs (consultations individuelles et groupes).

Avec l'engouement pour l'informatique et l'apparition d'Internet, la clinique du jeu reçoit également bon nombre de personnes (surtout des familles) montrant des problèmes de cyberdépendances (Internet, jeux vidéos,...).

Activités

Les activités de la clinique du jeu s'articulent principalement sur deux axes, premièrement celui de l'aide aux personnes en difficulté psycho-médico-sociale en rapport avec un problème de jeu, deuxièmement celui de la recherche scientifique. Néanmoins, la clinique du jeu participe régulièrement à des activités de prévention via des formations organisées auprès de divers professionnels en contact avec des joueurs à risque ou problématiques (formations des employés de casinos et salles de jeux automatiques, organisées par la Commission des Jeux de Hasard d'après la loi de 1999).

Au niveau de l'aide aux personnes en difficulté, la clinique du jeu offre une approche thérapeutique individuelle, familiale et de groupe pour les comportements excessifs (jeux de hasard et Internet) et des traitements pharmacologiques pour les problèmes associés (dépression, anxiété,...). La clinique du jeu travaille en collaboration avec d'autres thérapeutes spécialisés en cas de nécessité (pédopsychiatrie, dépression, alcoolisme, tabacodépendance, autres dépendances,...). Pour les proches et les familles, un soutien peut être apporté sous forme d'information sur la pathologie, d'attitudes à adopter vis-à-vis du joueur ou d'orientation vers des psychothérapies de soutien. La clinique du jeu assure aussi des consultations de liaison avec les unités d'hospitalisation du CHU Brugmann. Notons également qu'une ligne téléphonique gratuite a été mise en place et est disponible 24h sur 24 afin de répondre aux besoins urgents des personnes en difficulté.
Numéro vert (24h/24) : 0800/35.777

La section "recherche" de la clinique du jeu réalise des travaux visant à une meilleure compréhension des phénomènes impliqués dans le dérèglement de la pratique ludique. Nous cherchons notamment à comprendre les raisons pour lesquelles des comportements ludiques ne se modifient pas en dépit de l'advenue de nombreuses conséquences délétères. Au final, nos travaux ont pour but le développement de thérapeutiques originales visant à modifier certains mécanismes impliqués dans la transition d'une activité ludique contrôlée vers une pratique compulsive du jeu.

Aide pour les joueurs

Toute personne se posant des questions sur sa relation au jeu ou souhaitant être aidée peut rencontrer un(e) thérapeute et prendre rendez-vous pour :

  • Une consultation visant à informer les joueurs et/ou leurs proches de ce que sont la dépendance aux jeux de hasard et d'argent, ainsi que les moyens thérapeutiques existants.
  • Un suivi thérapeutique individuel ou de couple qui fait suite à un premier entretien avant tout informatif et motivationnel.
  • Un groupe thérapeutique : accessible aux personnes dépendantes aux jeux de hasard ou préoccupées par leur comportement ludique.
  • Des séances de relaxation : afin de se détendre, de mieux gérer ses émotions, les situations difficiles, et de changer certains comportements.

Aide pour Internet (cyberdépendance)

Une famille qui s'inquiète de l'attitude de leur adolescent(e) en lien avec une connexion importante sur Internet (jeux de rôles, WOW, Counterstrike, communications virtuelles,...) ou une personne qui a un comportement problématique par rapport aux jeux vidéos ou à Internet peut être reçue pour :

  • Une consultation d'information (seul ou en famille) visant à informer la personne et/ou leurs proches de ce qu'est la dépendance à internet, ainsi que les moyens thérapeutiques existants.
  • Un suivi thérapeutique individuel ou familial qui fait suite à un premier entretien avant tout informatif et motivationnel.
  • Des séances de relaxation : afin de se détendre, de mieux gérer ses émotions, les situations difficiles, et de changer certains comportements.

Aide pour les familles

Les familles et proches de personnes ayant un problème par rapport aux jeux ou à internet peuvent être reçus pour :

  • Un entretien de famille ou de couple : outre les conséquences financières, le fait de devoir se taire, de vivre avec le mensonge de son partenaire, et de subir l'isolement social sont autant de difficultés auxquelles le ou la partenaire doit faire face.Ou encore, vivre avec un proche qui reste des heures devant l'écran de l'ordinateur peut être source de conflit.
  • Un groupe de parole (un vendredi  par mois de 14 à 16h) est organisé pour les proches de personnes dépendantes aux jeux de hasard. Ce groupe veut privilégier la rencontre et le partage, rompre le silence et favoriser la solidarité à travers l'écoute de l'autre. La participation au groupe de parole permet aux proches d'apprendre à aider leur partenaire grâce aux conseils de professionnels.

Pour prendre un rendez-vous : cliquez ici.
Un site Web pour en savoir plus : www.cliniquedujeu.be

>>Consulter les news de la clinique Dostoïevski.