Photo CHUB
FRNLEN

>>Classement de la chapelle Horta

A l'initiative du Secrétaire d'Etat Emir Kir, le gouvernement bruxellois a approuvé, ce jeudi 14 avril, le classement de la chapelle de l'hôpital Brugmann. Cette chapelle, achevée à la fin de la première guerre mondiale, est due à l'architecte Victor Horta. Elle occupe une place unique dans son oeuvre. L'hôpital Brugmann est d'ailleurs la seule expérience d'Horta en matière d'architecture hospitalière.

Chapelle HortaLa chapelle sera bientôt réaffectée en un centre de conférencesChapelle Horta

Article de presse :

Discours d'Emir Kir lors de la conférence de presse qui s'est tenue dans la chapelle le 18 avril 2005 :

Mesdames, Messieurs,

Je suis particulièrement heureux d'annoncer aujourd'hui le classement de cette chapelle de l'hôpital Brugmann. Ce classement a été décidé à mon initiative par le gouvernement de jeudi dernier.

Comme l'hôpital d'origine dans lequel elle s'intègre parfaitement et dont elle est un élément particulièrement symbolique, cette chapelle a été entièrement conçue par l'architecte Victor Horta. Sa construction a débuté en 1912 pour s'achever à la fin de la première guerre mondiale. L'hôpital dans son ensemble fut, lui, inauguré en 1923, soit 17 ans après la commande et la conception des plans de l'ouvrage.

Il m'est d'autant plus agréable d'être ici cet après-midi que, hasard du calendrier, j'inaugurerai ce soir l'exposition "la façade art nouveau, une oeuvre totale" organisée par les Archives de l'Architecture Moderne. Cette exposition présente, entre autres, certaines pièces de balcons de la Maison du peuple détruite de l'architecte exceptionnel qu'était Horta.

L'hôpital Brugmann constitue l'unique expérience d'Horta en matière d'architecture hospitalière. Avec ce classement, c'est donc un pas de plus - et un pas important - qui est franchi dans la protection des nombreux établissements conçus par l'architecte de génie qu'était Victor Horta. Aujourd'hui, on peut donc se réjouir du fait que la quasi-totalité de l'oeuvre d'Horta qui subsiste à Bruxelles est protégée. Je suis donc particulièrement heureux de l'intérêt qu'ont porté les responsables de cet ensemble hospitalier au patrimoine exceptionnel dont ils ont la gestion. C'est grâce à cet intérêt que l'on a pu aboutir aujourd'hui à la protection de cet élément majeur de patrimoine.

La chapelle de l'hôpital Brugmann rejoint donc les quelques éléments de patrimoine hospitalier qui sont protégés en Région bruxelloise. Parmi ceux-ci, on compte déjà l'Hospice Pacheco, rue du Grand Hospice à Bruxelles, qui date de 1827 et l'ancien hôpital pour convalescents Latour de Freins, situé rue Engeland à Uccle, et qui date de 1903. L'ancienne clinique du Docteur Depage située place Brugmann à Ixelles et due à l'architecte Dewin est, elle, en cours de protection.

Si l'on compte si peu d'éléments protégés dans ce type de patrimoine, ce n'est certainement pas parce que notre patrimoine hospitalier manque d'intérêt, loin de là. Cela s'explique plutôt par la difficulté de trouver un juste équilibre entre la conservation du patrimoine en tant que tel et le maintien de l'affectation hospitalière dans des conditions optimales.

L'usage d'une variété de formes originales allié à une implantation mûrement réfléchie font de cette chapelle un exemple important d'architecture religieuse et occupe une place unique dans l'oeuvre de Victor Horta. Les nombreuses absides, les baies vitrées surmontées d'arcs, les murs de briques rouges striés par des lignes blanches concourent à intégrer ce lieu unique dans l'ensemble de l'hôpital Brugmann. Les annexes de cette chapelle étaient composées - cela ne s'invente pas - de salles d'autopsie et d'une morgue. Horta utilisa avec génie le dénivelé du terrain pour concilier en ces lieux des fonctions, vous en conviendrez, très différentes et plutôt peu compatibles à première vue ...

La lumière, élément essentiel dans la conception de cet hôpital devait, selon Victor Horta, favoriser la guérison. Cette chapelle laisse, elle aussi, pénétrer la lumière par les nombreuses ouvertures réparties sur plusieurs niveaux. On peut également admirer les jeux de lumière à travers les vitraux des fenêtres du haut de l'abside sud.

Les hasards du calendrier -encore un, me direz-vous- font souvent bien les choses. Ce classement intervient au moment même où sort le livre sur "l'architecture hospitalière en Belgique" publié par la Vlaamse Gemeenschap. Cet ouvrage qui présente le riche patrimoine des hôpitaux historiques et leur évolution est publié grâce à la contribution du Ministère fédéral de la santé, du CPAS de la ville de Bruxelles et des trois régions, dont bien évidemment la Région bruxelloise.

On retrouve dans cet ouvrage plusieurs hôpitaux bruxellois, dont l'hôpital Saint-Pierre, l'institut Bordet, l'hôpital Brugmann évidemment, le Grand Hospice (connu aussi sous le nom d'Institut Pacheco), la clinique Depage à Ixelles et l'Hôpital de Latour de Freins à Uccle .

Ces lieux en constante mutation prouvent qu'il est possible de respecter le riche patrimoine hospitalier que compte la Belgique tout en l'adaptant aux besoins contemporains. Je vous recommande donc vivement la lecture de cet ouvrage.

Le classement de cette chapelle de l'hôpital Brugmann par la Région bruxelloise précède sa restauration. Celle-ci va être entreprise très prochainement. D'ailleurs, vous le constatez, cette chapelle a déjà été vidée de tout son contenu pour permettre le début des travaux. Pour votre information, le mobilier religieux baroque qui se trouvait ici et qui est toujours propriété du CPAS de Bruxelles-Ville, a été transféré, début janvier, à l'église de la Sainte-Trinité située au bout de la rue du Bailli, aux confins d'Ixelles et de Saint-Gilles. L'autel, la chaire de vérité et les tableaux resteront dans leur nouvelle demeure, puisque ce lieu-ci sera réaffecté en centre de conférences.

Les travaux de restauration et de transformation dureront plusieurs mois et devraient s'achever en 2006. Ce sera alors l'occasion de fêter le centenaire de la conception de l'hôpital et d'inaugurer la nouvelle vie de la chapelle.

Je cède maintenant la parole aux responsables de l'hôpital Brugmann, et notamment à son président, Monsieur Amand, qui vont vous éclairer sur la nouvelle affectation que connaîtra bientôt ce lieu.

Je vous remercie de votre attention.

Emir KIR, Secrétaire d'Etat en charge des Monuments et Sites

>>Extraits de l'arrêté de classement.