Photo CHUB
FRNLEN

>>Patrick Dominé: rigueur, méthode et humour

Patrick DominéEntré en fonction en septembre 2008, Patrick Dominé apporte dans ses bagages une solide expérience en gestion hospitalière. Son défi? Participer au redressement des finances du CHU Brugmann. Une mission qu’il entend remplir avec rigueur, méthode… et humour!

Assis à son bureau, Patrick Dominé sirote son café du matin dans une tasse aux couleurs d’Anderlecht. "Je suis supporter de Bruges", précise-t-il en souriant. "Mais lorsque j’ai quitté IRIS Sud, mes collègues, que j’ai longtemps taquinés sur les performances du R.S.C.A, m’ont offert en guise d’au revoir la panoplie complète du supporter d’Anderlecht."
Un clin d’oeil que le nouveau directeur financier du CHU Brugmann apprécie à sa juste valeur. "J’accorde beaucoup d’importance aux contacts humains. Ce genre de boutade contribue à créer une bonne ambiance de travail." Entré tout récemment en fonction, Patrick Dominé semble déjà très à l’aise avec ses nouveaux collaborateurs. "Je ne débarque pas ici sans connaître personne. En tant que responsable de la facturation et de la tarifi cation à IRIS Sud de 2000 à 2004, j’ai régulièrement rencontré mes homologues des services tarification et contentieux du CHU Brugmann. Le comptable de l'hôpital, Christian Delo, est un ancien collègue: j’ai fait sa connaissance en 1994 au CPAS de Bruxelles."

Du CPAS de Bruxelles au CHU Brugmann

Débuter sa carrière au CPAS de Bruxelles pour la poursuivre au sein du milieu hospitalier bruxellois tranche avec le parcours habituellement choisi par un licencié en sciences commerciales et financières. "Effectivement, ce n’est pas commun", sourit notre interlocuteur.
"D’autant que je m’étais plutôt orienté vers la finance internationale. Mais au sortir de mes études, j’avais besoin de trouver rapidement un travail. Ce poste de comptable au CPAS est la première annonce que j’ai reçue lorsque je suis allé me renseigner à l’ONEM. J’ai commencé par y faire de la comptabilité analytique. En 1996, le réseau IRIS a été mis en place et je suis passé à la Clinique Baron Lambert où j’ai appris le métier de comptable d’hôpital. En 1999, je suis devenu responsable des admissions et de la tarification-facturation des hôpitaux IRIS Sud. Au fil de mon apprentissage, j’ai vu mes responsabilités s’élargir: d’abord les accueils polycliniques, puis les contentieux et le BMF (budget des moyens financiers); bref, toute la sphère opérationnelle des finances à l'exception de la comptabilité et de la trésorerie. En 2004, j’ai passé un examen interne et je suis devenu directeur opérationnel des finances. Un parcours qui m'amène aujourd'hui à occuper le poste de directeur financier au CHU Brugmann."

Tous les ingrédients sont réunis

Patrick Dominé aborde ce nouveau challenge avec confiance. "Le CHU Brugmann se trouve aujourd’hui dans une situation financière difficile, mais ces difficultés ne cadrent ni avec la qualité des soins qui y sont prodigués, ni avec sa réputation, ni avec le professionnalisme des équipes qui y travaillent. Tous les ingrédients sont réunis pour que cet hôpital fonctionne correctement. Il n’y a aucune raison pour que nous ne puissions pas tous ensemble rétablir un équilibre financier. Notre département a d’ailleurs entre autres pour rôle d’aider les autres services de l'hôpital à analyser leur projets de développement et de les éclairer sur leur situation financière particulière." Afin de comprendre comment et pourquoi l’hôpital perd de l’argent, les équipes financières disposent d’un outil de gestion particulièrement intéressant: la comptabilité analytique.
Contrairement à la comptabilité générale qui permet simplement de déterminer le "résultat" (bénéfice ou perte), la comptabilité analytique permet de comprendre comment ce résultat a été généré. Elle étudie, département par département, la manière dont les coûts et les recettes se répartissent au sein de l’hôpital.

"Drap de lit"Vous avez dit "drap de lit"?

"Il existe également un système de comptabilité analytique développé par le ministère, que, dans notre jargon, nous appelons le "drap de lit", poursuit notre interlocuteur. "Ce système présente l’énorme avantage d’être utilisé par tous les hôpitaux, et donc de proposer une analyse de la situation objective et acceptable par tous. Nous pouvons également compter sur d’autres initiatives, comme celle de la banque Dexia. Cette dernière propose aux hôpitaux un outil de benchmarking auquel tant IRIS Sud que Brugmann participent. Il nous permet de comparer notre situation financière à celle des autres hôpitaux sur base d’une analyse précise. Grâce à ces outils, nous disposons d’un tableau de bord objectif qui nous permet d’identifier nos faiblesses et nos points forts. Je réunis peu à peu des éléments sur ce qu’il convient d’analyser dans un premier temps", poursuit notre interlocuteur. "Mais je veux en discuter avec les différentes équipes du service financier et apprendre la manière dont elles fonctionnent avant d'envisager avec elles des solutions adaptées."

Redresser la barre

Des solutions qui passent par exemple par une optimisation des processus administratifs. "Les hôpitaux sont un secteur très réglementé. Il y a énormément de documents à remplir. Je sais d’expérience qu’il est possible d’alléger la charge administrative qui pèse sur l'ensemble des départements. Les libérer des tâches administratives répétitives leur permettra de se concentrer sur leur activité principale. J’ai déjà proposé quelques améliorations dans les secteurs qui sont directement sous mon contrôle. Je suis convaincu que nous pouvons tous ensemble redresser la barre, même s’il s’agit d’un travail de longue haleine."

:: CV express ::
>1994 Licencié en sciences commerciales et financières.
>1994-1996 Comptable au CPAS de Bruxelles.
>1996-1999 Comptable au Centre Hospitalier Baron Lambert.
>1999-2004 Chef de Département Admissions-Tarification des hôpitaux IRIS Sud.
>2004-2008 Directeur opérationnel des services financiers des hôpitaux IRIS Sud.

Auteur : Frédéric Wauters
Source : Osiris News (n° 13, décembre 2008-février 2009)