Photo CHUB
FRNLEN

>>Dr Léonardo Gucciardo : un lien entre pratique et recherche

Le Dr Gucciardo en actionLe Dr Léonardo Gucciardo vient de rejoindre le CHU Brugmann pour prendre la tête du secteur obstétrique. Une fonction qu'il souhaite mettre à profit pour développer la recherche dans le domaine de la médecine fœto-maternelle.

Comment fonctionne une horloge ? Quel mystère se cache derrière la fabrication du plastique ? Autant de questions qui fascinent Léonardo Gucciardo dès le plus jeune âge. "J'étais un enfant extrêmement curieux, toujours prêt à découvrir le fonctionnement des choses." Nommé responsable du secteur obstétrique en octobre 2010, l'homme est calme, souriant, posé... et très dynamique: à 36 ans, il assume cette fonction à hautes responsabilités tout en peaufinant une thèse de doctorat. "La majeure partie de la recherche est terminée, reste à finir la rédaction."
Heureux papa de deux petits garçons, le Dr Gucciardo habite encore à Hannut, dans la province de Liège. Mais il prospecte la capitale avec sa compagne pour trouver un nouveau logement, dans une commune verte de préférence. "J'ai besoin d'être proche de la nature, c'est essentiel pour atteindre le juste équilibre entre vie privée et professionnelle."

Une vocation magique

Après une enfance passée à Hannut, Léonardo Gucciardo entame ses études universitaires à Liège. À l'origine, il prévoit d'embrasser une carrière d'ingénieur civil, mais il y renonce très vite pour se tourner vers la médecine. "Tout un été passé la tête plongée dans les maths a eu raison de ma vocation d'ingénieur!", précise-t-il en riant. Une fois son cursus en poche, le jeune docteur hésite entre la médecine générale et la médecine spécialisée. Il opte finalement pour la gynécologie en se penchant sur les livres de références de sa compagne, qui entamait à l'époque une formation d'accoucheuse. "Il y a quelque chose de profondément magique dans le fait d'aider un bébé à venir au monde."

Expériences helvètes

En fin de spécialisation, Léonardo Gucciardo passe 1 an aux Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG). C'est là qu'il développe son expertise dans la gestion des grossesses à haut risque.
Sa prestation est si bonne que les HUG lui proposent un poste de chef de clinique au sein du service d'Obstétrique. Dès qu'il termine sa spécialisation, il s'installe donc en Suisse avec sa compagne. Ils y resteront 3 ans. "Ce furent de très belles années. Genève est une ville splendide, il y a le lac Léman, les montagnes. En à peine une demi-heure, on se retrouve sur les pistes de ski." La qualité de vie d'un médecin est aussi nettement meilleure: les horaires sont moins contraignants qu'en Belgique et le salaire y est plus intéressant. "Le niveau d'expertise médicale et les moyens mis à disposition font des HUG un lieu de formation privilégié."

Retour au Plat pays

Suivi échographiqueMalgré les avantages de la Suisse, le mal du pays s'empare du couple peu après la naissance de leur premier fils, Théo, né dans une petite maternité au bord du lac Léman. "Même si Genève n'est qu'à 800 km, la famille et les amis nous manquaient terriblement." Le jeune médecin veut également prendre un nouveau tournant dans sa carrière. "Je sentais qu'il me manquait une formation adéquate en recherche pour progresser comme je le désirais. Je voulais acquérir une compréhension plus approfondie des pathologies fœto-maternelles et contribuer au développement de nouvelles connaissances." En 2006, le Dr Gucciardo décroche un poste de doctorant à la Katholieke Universiteit Leuven (KUL). Il se consacre dès lors à l'étude des cellules souches. "Mon objectif était de produire, à partir de cellules souches présentes dans le liquide amniotique, des produits biologiques pouvant intervenir dans le traitement de différentes pathologies du nourrisson."

Retour aux sources

Quatre ans plus tard, le Dr Gucciardo quitte la KUL pour revenir au CHU Brugmann, l'hôpital où il a effectué une partie de sa spécialisation en gynécologie. La mission qui lui incombe ne manque pas de piment: la fonction de responsable du secteur obstétrique qu'il doit assumer est restée inoccupée depuis le départ à la retraite de son prédécesseur, le Pr Alain Vokaer. Entretemps, cette activité a pris un essor considérable. "Dès mon arrivée, je me suis attelé à réorganiser le travail des jeunes candidats spécialistes. Objectif: faire de la maternité du CHU Brugmann un centre d'excellence où la charge de travail est associée à une formation de qualité." À plus long terme, le Dr. Gucciardo ambitionne de développer les activités de recherche en obstétrique dans l'hôpital.
"Intégrer la recherche au milieu hospitalier favorise les échanges entre les chercheurs travaillant en laboratoires et les praticiens présents sur le terrain, le tout au bénéfice de la qualité des soins proposés aux patients."

:: Chirurgie in utero :: Pour la partie clinique de son doctorat, Léonardo Gucciardo a assuré le suivi de femmes dont le bébé ou le placenta présentait des anomalies mettant en péril la survie de l'enfant. La hernie diaphragmatique congénitale fait partie de ces affections. Elle est caractérisée par une malformation qui freine le développement des poumons du fœtus. L'équipe du Pr Jan Deprest de la KUL auprès de qui le Dr Gucciardo a suivi son doctorat, a contribué à mettre au point une toute nouvelle technique qui consiste à pratiquer une intervention sur le fœtus durant la grossesse pour augmenter ses chances de survie. Une expérience inestimable pour le CHU Brugmann où un programme de chirurgie in utero a été initié par le Pr Jacques Jani, chef du service de Gynécologie-Obstétrique.
:: CV express ::
>1974 Naissance à Charleroi.
>1999 Diplôme de Docteur en médecine (ULg).
>2003 Diplôme d'étude spécialisée en Gynécologie Obstétrique (ULB).
>2004 - 2006 Chef de clinique aux Hôpitaux Universitaires de Genève en Suisse.
>2006 Entame une thèse de doctorat sur les cellules souches (KUL).
>2010 Chef de clinique adjoint responsable du service d'obstétrique du CHU Brugmann.

Auteur : Julie Van Rossom
Source : Osiris News (n° 22, mars-mai 2011)