Photo CHUB
FRNLEN

>>Le Dr Schelte-Godet met les pieds dans le plat !

Dr Schelte-Godet

Le Dr Claire Schelte-Godet en est convaincue: une bonne alimentation constitue une arme imparable contre la maladie. Avec les membres du CLAN, elle s'est donnée pour mission de changer les mentalités par rapport à la nutrition des patients.

Entre son travail de médecin généraliste en Gériatrie et son poste de présidente du CLAN, le Dr Claire Schelte-Godet n'arrête jamais.
Le CLAN, une assemblée occulte qui se réunit en secret dans les bas-fonds de l'hôpital? Non, il s'agit du Comité de Liaison Alimentation et Nutrition du CHU Brugmann.

Une enfance sous les tropiques

Le CLAN a été mis sur pied en février 2010 pour prendre le relais de l'ancien Comité de Nutrition. Cette date marque aussi l'arrivée de sa présidente au CHUB. Fille de deux expatriés français enseignant à l'étranger, Claire Schelte a vu le jour au Laos. Deux ans plus tard, ses parents partent s'installer au Kenya. Ils y resteront quatre ans, avant de s'envoler pour le Pérou. Là, un drame se produit: le Dr Schelte perd un être cher à la suite d'une erreur médicale. "Est-ce cela qui m'a poussée à devenir médecin? Peut-être. Il paraît que les personnes qui choisissent ce métier cherchent inconsciemment à sauver un proche qui n'a pu l'être", s'interroge-t-elle. Claire Schelte et ses parents quittent ensuite le Pérou pour le Nigeria. A 13 ans, elle rentre en France pour poursuivre sa scolarité.

La passion de la médecine

Une fois le bac en poche, Claire Schelte manifeste l'envie d'entreprendre des études de médecine. Mais son père l'en dissuade: le monde médical est trop éprouvant à ses yeux. Elle opte pour des cours d'économie et de marketing.
L'expérience ne dure qu'un an: le tailleur de la business woman aux dents longues? Très peu pour la jeune femme, qui ne rêve que de blouses blanches. Elle décide de suivre son instinct et entre à la Faculté de Médecine de Strasbourg.

Le travail en équipe avant tout

Promue docteur en 1999, Claire Schelte décide d'intégrer l'univers hospitalier: "J'aime travailler en équipe", explique-t-elle. "Je trouve passionnant de mettre mon savoir en commun avec celui d'autres médecins pour parvenir à résoudre une énigme médicale." En 2004, elle entre au service d'hépatogastro-entérologie du Centre Hospitalier de Charleville-Mézières. C'est là que s'éveille son intérêt pour la nutrition.

Des CLAN se forment

Deux ans plus tard, elle devient présidente du CLAN ardennais. Un poste qui, en parallèle à sa fonction de médecin hospitalier généraliste, lui permet d'impulser de vrais changements dans la façon de concevoir la nutrition du patient. En 2009, son mari doit partir travailler à Bruxelles. Au même moment, le CHU Brugmann décide de créer son propre CLAN. Le Dr Claire Schelte est la parfaite candidate pour diriger cette mission.

Alimentation et nutrition

L'alimentation, essentielle à la guérison

Un peu plus de légumes et un peu moins de sel dans les plateaux-repas? Elle sourit: "Avant de remixer le contenu des assiettes, il y a d'autres priorités auxquelles nous devons nous attaquer. C'est le cas de l'alimentation donnée par voie parentérale (via une perfusion) ou par le biais d'une sonde gastrique. Les patients qui requièrent ce mode de nutrition sont souvent les plus fragiles. Et une perte de poids à l'hôpital peut entraîner de graves conséquences sur l'évolution de leur état. Le CLAN essaye d'offrir des solutions pour dépister efficacement les personnes dénutries, et leur proposer une alimentation sur mesure."

Les actions de sensibilisation du CLAN

Dépister et lutter contre la dénutrition, c'est bien, encore faut-il sensibiliser médecins et infirmiers à l'importance de cette démarche. "L'alimentation tient un rôle essentiel dans le processus de guérison du patient", insiste le Dr Schelte. "Dans chaque service, nous tentons de mener des actions de sensibilisation pour mettre l'alimentation au centre des préoccupations médicales. Mais cette présence de terrain prend du temps, et chaque membre du CLAN a déjà fortà faire avec ses activités professionnelles de base. Nous avançons à petits pas, mais avec la volonté d'imprimer un changement durable à cet aspect de la prise en charge du patient."

Aider les personnes âgées

À côté du CLAN, le Dr Schelte travaille aussi comme médecin hospitalier généraliste au service de Gériatrie. "Quand on s'intéresse à la nutrition, c'est assurément l'endroit où l'on peut aider le plus grand nombre de patients. Beaucoup de personnes âgées rencontrent des soucis pour s'alimenter correctement à l'hôpital. Et c'est un service où, en plus de notre fonction médicale, nous tenons un vrai rôle social. Car, hélas, nos patients se retrouvent souvent très isolés. L'attention que nous pouvons leur porter est très importante."

:: Conseils pour améliorer la nutrition des patients ::
>Prévoir un endroit pour les patients qui ne souhaitent pas manger seuls. Transformer les repas en moments de convivialité permet d'ouvrir l'appétit.
>Proposer des couverts adaptés à ceux qui ont des difficultés à manier des couverts classiques.
>Servir les plats dans des assiettes, et non dans des barquettes en cellophane. Le genre de détail qui, pour les patients, fait toute la différence!
:: La consultation nutrition du Dr Schelte-Godet :: Une fois par semaine, Claire Schelte-Godet tient une consultation à l'hôpital de jour gériatrique. Elle y reçoit tant des personnes extérieures à l'hôpital que des patients envoyés par des médecins du CHU Brugmann. Elle s'occupe essentiellement des patients dénutris. Quant aux personnes en surpoids, elle les renvoie à un collègue spécialiste de l'obésité.

Auteur : Candice Vanhecke
Source : Osiris News (n° 24, septembre-novembre 2011)