Photo CHUB
FRNLEN

>>Un vent de renouveau en Urologie

Prof. de Meyer et Vandendris

Ex-patron de l'Urologie à l'AZ Jan Palfijn à Gand, le Pr de Meyer prendra la tête du service d'Urologie le 1er mai prochain. Une décision motivée notamment par les perspectives de recherches offertes par le CHU Brugmann.

Le Pr de Meyer est déjà à pied d'œuvre depuis le début l'année 2012 au service d'Urologie, pour préparer sa mission. Dans les prochains mois, sa collaboration avec l'actuel chef de clinique, le Pr Michel Vandendris, qui part bientôt à la retraite, va encore s'intensifier. "Le Pr Vandendris a un beau curriculum académique. De plus, j'ai découvert en travaillant avec lui un homme dévoué et attentionné."

Un Gantois d'origine

De 1973 à 1980, le Pr de Meyer a suivi ses études de médecine à la Rijksuniversiteit Gent, puis s'est spécialisé en urologie à l'UZ Gent. Au début des années 80, il a également travaillé à l'hôpital universitaire de Homburg Saarland, où il s'est formé à la microchirurgie urologique.

Chef de service à Jan Palfijn

Après ses études, le Pr de Meyer devient résident pendant un an à l'UZ Gent. Il se retrouve ensuite face à un défi de taille. "En 1987, un hôpital flambant neuf s'est ouvert à Gand, l'AZ Jan Palfijn. J'ai eu la chance d'y créer le service d'Urologie. J'en ai d'ailleurs été le seul urologue pendant 4 ans. Des confrères m'ont rejoint à partir de 1991, année durant laquelle j'ai été nommé chef du service."

Prof. de Meyer

La recherche en ligne de mire

Au cours de sa carrière, l'urologue gantois s'est toujours intéressé à la recherche scientifique. En 1998, parallèlement à ses activités cliniques, il présente une thèse de doctorat sur l'examen diagnostique des troubles de l'érection. "Il est évident que dans un hôpital général comme Jan Palfijn, les possibilités de recherche sont moins nombreuses que dans un hôpital universitaire comme le CHU Brugmann. D'où mon grand intérêt pour ce nouveau poste. Ici, je peux combiner les activités cliniques et le défi universitaire. Technologies innovantes, nouveaux médicaments… Les médecins doivent se tenir au courant des derniers développements. On ne traite plus de la même façon le cancer de la prostate en 2012 qu'en 1982."
Le Pr de Meyer va aussi consacrer une partie de son temps à l'enseignement, un autre élément essentiel à ses yeux.

Un vent de renouveau dans le service

Premier objectif du Pr de Meyer: moderniser le service d'Urologie. "À terme, j'aimerais y proposer toutes les techniques de traitement classiques et modernes, dont la brachythérapie et la robot-chirurgie. Actuellement, nous adresserons nos patients susceptibles d'être traités par chirurgie robot-assistée à des hôpitaux bruxellois partenaires ou à l'AZ Jan Palfijn à Gand."

Un appel à la concertation

Bien entendu, tous ces projets demanderont une grande concertation dans les premiers mois. Le Pr de Meyer projette dès lors des réunions internes avec les équipes de différents services, comme la Radiologie et l'Oncologie. Mais aussi avec les services d'Urologie d'autres hôpitaux universitaires comme l'UZ Brussel, le CHU Saint-Pierre, l'Institut Bordet, les Hôpitaux IRIS-Sud et l'Hôpital Érasme. Le but: éviter des frais inutiles. "Ces dernières années, l'urologie est devenue une discipline plutôt technique, qui exige des équipements chers. Il n'est pas nécessaire que tous les hôpitaux proposent toutes les technologies mais les patients doivent pouvoir bénéficier de toutes les approches possibles. Nous allons assembler les pièces du puzzle et faire un bilan des équipements dont dispose chaque établissement."

Un peu de nostalgie?

Le Pr de Meyer a travaillé à l'AZ Jan Palfijn de Gand pendant près de 25 ans. Regrettera-t-il cette époque? "J'ai noué des liens étroits et personnels avec bon nombre de personnes à Gand. Mais, après un quart de siècle, j'avais aussi besoin de relever un nouveau défi professionnel, dans un environnement neuf. Mes enfants sont adultes aujourd'hui. Je dispose du temps nécessaire pour me consacrer à 100% à mon objectif: faire prospérer le service d'Urologie."

:: Des recherches sur la brachythérapie :: Le Pr de Meyer aimerait mener des recherches scientifiques, notamment sur la brachythérapie (appelée aussi curiethérapie). Il s'agit d'une forme de radiothérapie loco-régionale, qui consiste à placer de minuscules "grains" radioactifs dans la prostate. "La brachythérapie est prometteuse pour une partie des hommes atteints du cancer de la prostate. Le traitement est efficace et les effets secondaires sont minimes."
:: Qui est le Pr. de Meyer ? ::
>Le Pr de Meyer a été de 1990 à 2011 chef du service d'Urologie au Jan Palfijn Ziekenhuis à Gand.
>Il est membre de la Belgische Vereniging voor Urologie (Société Belge d'Urologie), de l'European Association of Urology (full member), de l'European Society for therapeutic Radiology and Oncology (ESTRO) et du Hoge gezondheidsraad, werkgroep brachytherapie (Conseil supérieur de la santé, groupe de travail brachythérapie).
>Il a publié 23 articles dans des revues scientifiques belges et internationales.
:: Une longue collaboration avec son épouse :: Pendant les 25 ans passés au Jan Palfijnziekenhuis, le Pr Jean-Marie de Meyer a toujours travaillé avec son épouse, Claudine Lacroix. Elle est instrumentiste et l'assistait lors des opérations. "Nous nous connaissons depuis nos études", sourit-il. Travaillera-t-elle aussi au CHU Brugmann? "Pourquoi pas, si son expérience peut être profitable à l'hôpital."

Auteur : Pieter Segaert
Source : Osiris News (n° 26, mars-mai 2012)