>>Laurence Caussin, responsable URE : « Mon travail ressemble parfois à celui de Sherlock Holmes »

Laurence Caussin

Découvrons le métier de responsable Utilisation Rationnelle de l’Energie (URE) en rencontrant Laurence Caussin du CHU Brugmann.

Quel a été votre parcours avant le CHU Brugmann ?

Je suis ingénieur civil en mécanique et j’ai travaillé dix ans dans le secteur automobile. Comme je m’occupais des pots d’échappement (eh oui!), j’ai été sensibilisée aux questions environnementales. J’ai donc voulu me spécialiser dans ce domaine et j’ai suivi une formation en gestion de l’énergie, qui m’a menée un peu par hasard au CHU Brugmann. Mais maintenant que j’y suis depuis 9 ans, j’apprécie les défis techniques très variés et surtout la dimension humaine de mon travail.

Quelle est votre journée-type ?

Elle a un peu évolué avec le temps. Au début, je me suis beaucoup occupée de nouveaux bâtiments et de nouvelles installations. Maintenant que les principes URE (utilisation rationnelle de l’énergie) sont plus rentrés dans les moeurs et sont pris en compte dès la conception par la plupart des collaborateurs du CHU Brugmann, je m’occupe plutôt de la bonne gestion d’installations existantes. Mais je participe encore à certains projets, surtout au niveau de l’isolation et de la régulation optimale des équipements. J’ai également en cours un gros projet de rénovation du chauffage du site. Nos bâtiments ont une longue et riche histoire, mais il faut quand même qu’ils puissent s’adapter à l’avenir !
Mon travail ressemble parfois à celui de Sherlock Holmes : avec mon équipe d’électromécaniciens, responsables des l’installations HVAC (Chauffage, ventilation et air conditionné), pour résoudre les problèmes techniques, nous devons poser les bonnes questions, trouver des indices et tester des hypothèses, afin de trouver l’installation «coupable». Il faut souvent se creuser la tête pour apporter une solution. Mais si c’est un travail de l’ombre, c’est quand même très gratifiant !

Quelles sont les qualités principales de votre métier ?

Je sais que je ne suis pas très originale en disant cela, mais pour nous aussi, au service technique la priorité numéro un est le bien-être et la sécurité des patients et également du personnel naturellement. Même en tant qu’ingénieur, je dois faire passer ces considérations humaines avant les facteurs économiques ou environnementaux. Sinon, il faut être curieux parce que la technologie évolue sans arrêt. Il faut vouloir apprendre et se remettre en question sans cesse. Enfin, il faut être tenace et aller au fond des choses. La cause la plus évidente de panne ou de problème n’est pas toujours la bonne…

On finit par l’anecdote ?

Juste l’histoire d’un petit moment de frayeur. Les collaborateurs du site Horta au CHU Brugmann le savent : notre site est sillonné de caves et de tunnels. Certains sont empruntés par les patients et la logistique, d’autres sont des tunnels purement techniques, connus seulement du personnel technique, comme moi.
Un jour, dans une des caves peu fréquentée du bâtiment K, j’ai aperçu une paire de jambes avec des bottes dépasser d’un coin sombre… J’ai vraiment sursauté ! Mais ce n’était qu’un mannequin qui devait sans doute servir avant aux étudiants et qui a été relégué là. Ca fait des années, mais il est toujours là. Des collègues lui ont même donné une chaise, une casquette et un petit nom. Attention, «Paul» est toujours à moitié planqué et prêt à surprendre le premier qui passe !

Source : iris&you (n° 19, novembre 2017)

!A voir aussi : "Les 10 commandements du bon utilisateur d’énergie".