>>La mission du Directeur général médical

Pierre Wauthy

iris&you donne la parole à Pierre Wauthy, Directeur général médical du CHU Brugmann.

Les hôpitaux sont devenus des structures très complexes aujourd'hui. Leur mission primaire est de prendre en charge des patients qui présentent tous des problèmes complexes et différents, dans un environnement social et psychologique qui leur est propre. Mais lorsqu'ils sont publics comme le CHU Brugmann, ils ont aussi des missions de service public telles que l'enseignement, la recherche, la lutte contre les inégalités sociales et la santé publique.

Nous disposons pour ce faire de ressources humaines, techniques et financières limitées avec une obligation de résultat tant sur le plan physique que psychologique et sociétal. Outre les défis quotidiens que cela implique, nous devons en plus faire face à des contraintes conjoncturelles et financières qui nous sont imposées par la société. La réalisation de ces missions implique que les différents secteurs de nos institutions travaillent en équipe de façon à coordonner les moyens médicaux, infirmiers, paramédicaux et logistiques.

La mission du Médecin Directeur Général Médical est à la fois sur le terrain pour aider à relever les défis quotidiens qui se posent pour organiser les soins, mais également d'avoir une vision sur notre avenir et de déployer tous les moyens nécessaires pour le construire. Trois grands défis doivent aujourd'hui être relevés. Les délais qui nous sont imposés sont à brève échéance. Nous allons tout d'abord devoir, d'ici la fin de l'année, nous intégrer dans un réseau hospitalier locorégional dont la gestion, notamment médicale, est appelée à changer radicalement un réseau d'hôpitaux en coordonnant nos activités avec celles de nos partenaires. Ensuite, nous allons sceller un groupement entre Brugmann, Erasme, Saint-Pierre, Bordet et Huderf pour constituer un ensemble hospitalo-universitaire d'envergure significative et mettre en commun toutes une série d'activités, notamment médicales. Enfin, nous allons devoir accélérer le développement du dossier patient informatisé (encore appelé «DPI») intégré permettant d'aider quotidiennement les professionnels de la santé dans leurs décisions avec pour finalité d'améliorer la qualité de la prise en charge des patients. L'intégration de notre hôpital dans un réseau rend ces trois défis intimement liés.

Les rapprochements qui se mettent actuellement en place respectent les missions des hôpitaux publics Bruxellois, et notre appartenance à l'Université Libre de Bruxelles. Il faudra tout d'abord établir avec nos futurs partenaires un plan médical commun cohérent et assurant l'avenir de l'ensemble des institutions. Ce plan devra permettre à chaque membre du réseau de profiter des forces de ses partenaires, sans pour autant perdre ses spécificités. Bon nombre de tentatives de rapprochement ont été entamées ces deux dernières décennies mais aucune n'a été menée à bien. Je crois cependant profondément aux chances de succès de cette ultime tentative. La construction de notre futur doit se faire sur des bases solides. Le respect mutuel des partenaires et la bienveillance envers l'ensemble des institutions me semblent être des prérogatives incontournables. L'ensemble des rencontres visant à notre rapprochement m'a montré le respect de ces principes essentiels.

Source : iris&you (n° 36, septembre 2019)